Chantier-école – Mourir à Lugdunum/Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne)

Mourir à Lugdunum/Saint-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne)
Paysage funéraire et structuration du suburbium d’une ville romaine de Gaule

Programme de recherches HALMA (UMR 8164 – CNRS, Univ. Lille SHS, MCC) avec la collaboration du Musée Archéologique Départemental de Saint-Bertrand-de-Comminges et l’Institut Archéologique Autrichien de Vienne (OAI)

Sous la direction de William Van Andringa (Univ. Lille SHS, HALMA – UMR 8164)

1. Un programme de recherches sur l’organisation des espaces funéraires d’une ville romaine de Gaule

Le programme de recherches mené à Saint-Bertrand-de-Comminges propose d’étudier les ensembles funéraires situés dans la périphérie urbaine sous deux angles, celui des pratiques funéraires et celui de l’organisation territoriale des nécropoles et de la périphérie urbaine en liaison avec la naissance et le développement de la ville romaine. En conséquence, le premier objectif assigné en 2015 était de mettre en place une méthode adaptée au site et à ses caractéristiques géographiques de manière à localiser les ensembles funéraires suburbains et de saisir les articulations de ceux-ci avec l’occupation humaine de la périphérie.

2. Mausolée et établissement à vocation agricole : la campagne de fouille 2016

DCIM100GOPRO

L’opération réalisée du 13 juin au 9 juillet 2016 est une fouille d’évaluation sur un ensemble parcellaire de moins de deux hectares (lieu dit « Herranne »), particulièrement propice puisque la présence d’un mausolée était attestée par la documentation jusqu’au XIXe siècle et les traces linéaires révélées par la prospection étaient pour certaines d’entre elles du moins compatibles avec l’identification d’enclos funéraires, pour d’autres incompatibles avec l’alignement règlementaire des tombeaux le long des routes de l’époque romaine. La campagne d’évaluation de 2016 a donné toute satisfaction, en terme de méthode comme de résultat, permettant notamment la compréhension d’une zone située à peu de distance (entre 200 et 300 m) des limites orientales de la ville romaine, presqu’entièrement occupée par un grand mausolée installé à l’intérieur d’une vaste esplanade de plus de un hectare et mitoyen d’un petit établissement à vocation agricole. Cette première évaluation du suburbium de Lugdunum permet d’orienter la stratégie des recherches archéologiques pour les années à venir, qui visera notamment à mesurer l’impact de l’installation des aires funéraires dans la genèse et la structuration d’une périphérie urbaine à l’époque romaine.

3. Chantier-école et projet culturel

fig.2-classe_Izaourt

Cette opération a également donné lieu à l’organisation d’un stage de formation pour des étudiants de L3 et de Master. Les étudiants ont participé à l’ensemble des phases de la fouille, du décapage à l’enregistrement et au relevé, jusqu’à la rédaction du rapport. Un autre volet de l’opération a concerné la médiation. Les habitants ont donc été reçus et guidés sur le terrain quotidiennement, de même que des classes de primaire. Une conférence a été organisée au musée départemental le 17 juin pour faire connaître les premiers résultats. Le 3 juillet, en fin de fouille, une visite officielle du chantier organisée par la mairie de Saint-Bertrand-de-Comminges a permis de rassembler plus de 80 personnes qui ont été sensibilisées à leur patrimoine archéologique.